Étiquettes

,

Aujourd’hui, pour la (seulement) deuxième fois en quatre ans d’existence, je vais profiter d’Artetvia pour faire découvrir aux lecteurs l’une de mes activités professionnelles : l’histoire et la valorisation du patrimoine. Voici donc une brève présentation que vous pourrez retrouver en détail sur le site du cabinet Alboflède. N’hésitez pas à me contacter via Artetvia ou Alboflède, je serai ravi de pouvoir répondre à vos questions… et travailler pour vous !

Vous êtes passionné d’histoire et de patrimoine et êtes l’heureux propriétaire d’un bien dont vous aimeriez connaître davantage l’histoire et les qualités architecturales. Ou bien, vous cherchez à débuter des travaux mais ne savez pas comment vous y prendre pour ne pas commettre d’impair. Vous avez bien ici ou là quelques archives, familiales ou appartenant aux anciens propriétaires, quelques documents d’érudits locaux, « on » vous a raconté des anecdotes plus ou moins vraies sur votre demeure. Mais rien de formalisé et de « gravé dans le marbre ». Comment faire ?

Vous souhaitez vendre votre bien. Pour des raisons variées. Bien entendu, vous en attendez le meilleur prix. Donnez-lui un supplément d’âme et de valeur ! Comment faire ?

Val d'OrciaVous avez ouvert votre bien historique au public ou bien vous avez le projet de le faire : visites guidées, chambres d’hôtes, lieu d’accueil de réception, etc… Le secteur des chambres d’hôtes et des lieux de réception dans un bâtiment historique est un secteur hautement concurrentiel. Nombreux sont en effet les châteaux et autres belles demeures qui accueillent ce type d’activité. Les caractéristiques purement « hôtelières » ont souvent un niveau de standing similaire : de belles chambres, des sanitaires de qualité, un accueil personnalisé, un environnement préservé, un service haut de gamme. Alors, comment se différencier ?

En prenant appui sur l’histoire de votre monument ! Il est unique. Valoriser l’histoire et les qualités artistiques du bien permet de proposer une offre unique en son genre. Le bâtiment qui vous accueille ou héberge votre activité touristique et culturelle n’est pas une simple « coquille », mais un atout. Le bâtiment est le fruit et le témoin d’une histoire, parfois prestigieuse, toujours singulière.

Qui plus est, ce type d’approche répond tout à fait à la demande des clientèles. L’histoire passionne les Français (82% d’entre eux affirment l’être – sondage pour la revue Historia paru en 2009), férus d’anecdotes et « de petits faits vrais ».  Les clientèles étrangères ne sont pas en reste et recherchent des visites et séjours qui « aient une saveur ».

Il faut bien reconnaître que souvent le temps a laissé des balafres dans le monument, cela peut être à cause :

  • de remaniements successifs qui semblent l’avoir dénaturé ;
  • d’un état général détérioré ;
  • de parties entières ayant disparu ;
  • d’une décoration intérieure et d’un mobilier réputés anachroniques.

Et pourtant, sans pour autant avoir l’assurance de découvrir une « pépite architecturale », le monument est peut-être, sans doute même, un exemple typique du bâti local ou au contraire une curiosité notable, un témoin de l’histoire de la région, une première référence d’un artiste devenu prestigieux… Les faits historiques se perdent avec le temps et ce sont eux qui parfois témoignent de la valeur artistique réelle de votre bâtiment.

En quoi consiste concrètement une étude historique ?

Il s’agit :

  • d’une présentation de l’histoire de votre monument : description architecturale, qualités artistiques, contexte d’histoire de l’art, chronologie de la construction et des propriétaires, anecdotes et détails historiques etc. Autant d’éléments qui attestent de l’authenticité de votre bien ;
  • d’une mise en perspective artistique et régionale : quelle est la place de ce monument dans l’histoire de l’art, de l’architecture, des arts décoratifs ? et dans les circuits touristiques de la région ? etc. ; le monument est replacé dans son contexte historique, social et artistique.
  • d’une démonstration scientifique par les archives : les informations transmises sont avérées, certifiées par les documents d’archives et non plus de vagues idées ;
  • d’un dossier iconographique exhaustif : photographies anciennes et actuelles, plans, et tout autre document graphique qui sera retrouvé dans les fonds d’archives.

Les sources

Léonore Losserand - ArchivesChaque étude est réalisée à partir des archives disponibles et de la bibliographie scientifique, c’est-à-dire uniquement de sources sûres et authentiques. En fonction du bien que vous possédez, de son ancienneté, de la capacité de ses anciens propriétaires à conserver leurs archives, de ses qualités artistiques, nous partons à la recherche de toutes les informations qui donneront encore plus de cachet et d’authenticité à la connaissance de votre propriété.

Par exemple, voici les archives utilisées dans le cadre d’une étude pour un château situé en région Rhône-Alpes.

  • Archives départementales, cadastres (P), archives communales, documents graphiques et iconographiques (Fi), hypothèques (Q), notaires (E), administrations contemporaines (W), travaux communaux (S), société d’émulation locale, fonds privés (J).
  • Etude en bibliothèques : bibliographie générale sur la commune, bibliographie spécialisée (architecture régionale, architecte, matériaux etc.), iconographie ancienne (cartes postales, plans, photographies etc.).
  • Fonds d’archives généraux : Bibliothèque nationale (Estampes), Institut français d’architecture (XIXe-XXe siècles), documentation du musée d’Orsay (architecte, commune).
  • Archives administratives : documentation du service régional de l’inventaire, STAP (Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine), archives communales.
  • Archives privées du propriétaire.

Sous quelle forme s’effectue le rendu de l’étude ?

Le rendu d’une étude historique peut prendre deux formes :

  • Un rapport « scientifique » exhaustif, comportant un texte complet de l’histoire du domaine et du monument, une chronologie, un plan de restitution et de datation, un recueil iconographique.
    • La taille est variable selon les archives disponibles (entre 50 et 200 pages).
    • Il peut vous servir également comme appui pour vos demandes de subventions, comme outil préalable à des projets de travaux, comme support de formation du personnel à l’histoire de lieu… et aussi dans le cas de la vente du bien.
  • Un document plus « grand public », synthétisant le rapport scientifique, largement illustré (documents anciens, mais aussi photographies actuelles et parfois même dessins originaux), utilisant des outils didactiques efficaces (chronologie, schémas et tableaux).
    • A partir de ce document, vous pourrez assurer la publication d’un « beau » livre, illustrer des plaquettes de présentation de votre hôtel, apporter du contenu au site internet…
    • Le cabinet peut se charger de l’impression d’un livre ou d’une plaquette.

 

N’hésitez donc pas à me contacter et à diffuser autour de vous !

Gerberoy - Jardins

Publicités