Étiquettes

, ,

Un récent concert donné au Théâtre des Champs-Elysées consacré à la musique des pays ceinturant la mer Baltique m’a donné l’envie de connaître davantage la personnalité contrastée et l’œuvre du Finlandais Jean Sibelius (1865-1957).

Vous connaissez certainement Finlandia (Op. 26), magnifique poème symphonique chantant sa patrie alors sous le joug russe, le grand-duché de Finlande formant l’une des multiples composantes de l’immense empire russe. Il est vrai que cette œuvre est une splendeur : on imagine les paysages sans fin de Carélie, gorgés d’eau, de neige et de moustiques, couverts de forêts et de marais. Froid et humide, l’extase quoi !

Vous connaissez peut-être également la Valse triste (Op. 44-1), courte pièce orchestrale, écrite à l’origine comme musique de scène. Aujourd’hui la musique est bien plus connue que la scène…A l’image de Peer Gynt de Grieg qui n’était à l’origine qu’une « bande-son » pour une pièce d’Ibsen. Remarquez, de nos jours, la musique de Vangelis pour Christophe Colomb a dépassé largement la notoriété du seul film que tout le monde a oublié. Jean SibeliusQuant aux symphonies, elles ont demandé un travail acharné à son auteur. Sept ont été éditées (entre 1899 et 1924), la huitième s’étant fait longtemps attendre. Elle ne le sera jamais. En tout, on compte 118 pièces à son catalogue.

A part quelques échecs à ses débuts, Sibelius a rapidement connu la gloire et derrière l’image du patriote invétéré et du fougueux violoniste (oui, Sibelius joue du violon et a écrit de très belles pages pour cet instrument) se cache un compositeur respecté et admiré, attaché à son image, à sa réputation, à son portefeuille et à ses frères de loge, sans oublier un penchant vers l’alcoolisme qui le suivra jusqu’à la fin de sa vie. On est loin de l’image de l’artiste maudit sorti tout droit de sa toundra aride créant un bijou et y retournant.

Sibelius, a toujours cherché à donner un caractère finlandais à sa musique (je n’ose pas dire finnois, lui qui était de langue suédoise), le fait que pendant la moitié de sa vie, il a vécu dans un pays assujetti n’y étant pas pour rien. Malgré sa carrière et sa renommée internationales (passages à Berlin, à Vienne ou encore aux Etats-Unis), il reste très attaché à sa terre natale. Il aime la rudesse de sa nature sauvage et les mythes qui s’y rattachent. Il a toujours été fasciné par la mythologie finlandaise et son paganisme sauvage – le Kalevala, recueil du folklore finlandais, faisait fureur à son époque. Son attachement à la Finlande lui a même occasionné de sérieux problèmes, notamment en 1918 où les gardes rouges russes le placent en résidence surveillée. Son écriture musicale est très dépouillée, majestueuse, parfois glaciale, jouant sur la richesse des sonorités de l’orchestre. C’est une beauté secrète qui se laisse découvrir peu à peu. En voici quelques exemples.

Publicités