Mots-clefs

En plein cœur du Marais, sans doute l’un des quartiers les plus beaux de Paris (selon moi en tout cas…), se dresse un musée retraçant l’histoire de la ville : le musée Carnavalet, du nom de son deuxième propriétaire, François de Kernevenoy, dit Carnavalet.

Musée CarnavaletAvant même de regarder les collections, prenez le temps d’admirer le bâtiment. Construit par Pierre Lescot entre 1548 et 1560, il est agrandi un siècle plus tard par François Mansart – la crème des architectes donc ! La marquise de Sévigné y a habité quelque temps. Occupé par différentes institutions à partir de la révolution, l’hôtel est acheté par la Ville de Paris en 1866 qui y ouvre un musée en 1880. Ledit musée s’agrandit en 1989 en reprenant l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau qui lui est contigu et date de la même époque ; aujourd’hui d’ailleurs, le visiteur remarque peu le passage entre les deux bâtiments. Les pièces sont nombreuses, de tailles variées – de grandes salles de réception aux boudoirs exigus – et le plus souvent « boisées », les boiseries provenant principalement d’autres Musée Carnavalet 2demeures, les plafonds sont richement ornés ; c’est même parfois un peu lourd. A cause de cet enchevêtrement de salles, d’ailes et d’escaliers, il faut avouer qu’on s’y perd un peu et le parcours n’est pas très intuitif, ni très chronologique : on débute la visite par des ferronneries du XVIIIe siècle, pour continuer par le Paris antique et s’achever par la période révolutionnaire et le XIXe siècle. Ce n’est pas grave, mais on a peur de rater quelques salles.

L’intérêt du musée Carnavalet est double. D’une part, il retrace l’histoire de Paris à travers les âges, du néolithique au début du XXe siècle. D’autre part, il possède une collection particulièrement riche d’objets et d’œuvres de la période révolutionnaire, ce qui a tendance à occulter un peu les siècles précédents ; il faut l’avouer, la période antérieure au XVIIe siècle est assez succincte, avec un Moyen Age totalement inexistant.

Une partie du rez-de-chaussée est consacrée au très très vieux Paris, du néolithique au tout début du Moyen Age. Cette salle est particulièrement intéressante, avec des silex et des haches de pierre, des fibules et des torques, des pirogues monoxyles, de la céramique sigillée, le plan de Paris sous les Romains – principalement situé autour de la Montagne Sainte-Geneviève – des bijoux mérovingiens (j’adôôre) et des sarcophages.

Musée Carnavalet 5Après, le visiteur passe directement aux XVIe et XVIIe siècles, et surtout au XVIIIe. Ici, la comparaison avec le Paris actuel est plus aisée, ce qui est particulièrement stimulant. Pêle-mêle, des œuvres figurant : un plan relief du clos du Temple, l’érection de l’église Sainte-Geneviève (actuel Panthéon), des vues agrestes des Champs-Elysées et de la plaine de Grenelle, la destruction des maisons du Pont-au-Change, la construction de la colonnade du Louvre ou de Saint-Sulpice, etc. Les « grands » peintres sont peu représentés (à moins que Pierre-Antoine Demachy ou Hubert Robert n’appartiennent à cette catégorie, bon on trouve aussi des David et des Largillière, …), mais les œuvres sont globalement de bonne qualité et forment des témoignages émouvants de l’histoire parisienne.

Les événements historiques ne sont pas oubliés, notamment pendant la période révolutionnaire, riche en faits dramatiques et exceptionnels, par exemple le Serment du Jeu de Paume de David, mais aussi des objets exceptionnels comme les clés de la Bastille ou la porte de l’Hôtel de Ville qui sera enfoncée par les émeutiers.

Le mobilier est riche, avec en particulier huit pièces meublées en style Louis XV et Louis XVI. Les commodes sont somptueuses et tout à fait à mon goût, ainsi que les bureaux et autres fauteuils. On y trouve également la chambre reconstituée de Marcel Proust, un salon Art Nouveau…

L’ensemble peut donner l’impression d’un bric-à-brac dédié à Paris, de près ou de loin, mais l’endroit a du charme. On passe un bon moment, surtout quand on est bien accompagné.

Je vous conseille de visiter ce musée en plusieurs fois (en plus c’est gratuit), pour bien en profiter. Si vous habitez loin de Paris, commencez par vous rendre sur le site internet du musée qui est plutôt bien fait avec une présentation détaillées des collections : http://www.carnavalet.paris.fr/fr/accueil

A proximité, n’oubliez pas le Musée Cognacq-Jay !

Musée Carnavalet : 16 rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.

Publicités